Jeanne Moreau, Jean Rochefort, Robert Hirsh : ad vitam aeternam

Chère Jeanne Moreau

combien je vous dois

la beauté singulière de votre visage

la rocaille de votre voix où tintinnabulaient quelques étoiles

Votre présence à la fois dense

espiègle et mystérieuse qui donnait à chacun de vos rôles ces sourires de Joconde insaisissable

la justesse, la finesse et la poésie de vos interprétations

empreintes d'amour, d'indépendance et de joie de vivre

combien j'aimais vous écouter parler de votre voyage en cette vie

à chacun de vos entretiens

c'était une lueur née de votre expérience dans cette générosité de transmettre

je vous revois aujourd'hui courir sur ce pont dans ce film

Jules et Jim

où je vous ai rencontrée pour la première fois

j'avais 20 ans et vous m'ouvriez la voie

si belle incarnation de cette "nouvelle vague" détonnante et rafraîchissante

magnifique pied de nez aux verrous des conventions

merci

 

 

Inénarrable Robert Hirsh

il y avait en lui ce quelque chose qui emprunte à la beauté et à la puissance du clown

l'agilité du caméléon  et l'espiêglerie de l'enfant

dans cette façon qu'il avait de rendre à ses personnages la profondeur de leur humanité

 

 

 

L'élégance et la douce folie "British" de Jean Rochefort

 de ces êtres qui embellissent en vieillissant

La légèreté dans la gravité

la pudeur éloquente

et la force du lion