"Au pied du vieux chêne"

 

Une création de la Cie Folheliotrope sur un texte de Véronique Dimicoli

 

Couverture

 

Il était une fois une forêt, et dans la forêt un vieux chêne… menacés par l’implantation d’un parc photovoltaïque…

Il était une fois Paul Victor, un enfant particulier qui savait parler aux arbres. Il avait mal à sa terre et ne voulait pas laisser faire…

Il était une fois des parents qui avaient du mal à comprendre leur enfant…

 

Un conte écologique, poétique et engagé


Dédié à notre Terre et à toutes les forêts du monde, ce conte poétique engagé est un voyage initiatique au cœur de la forêt.
Nous découvrons qu’elle est une société harmonieusement organisée et une alliée précieuse pour les hommes.
Entre pins sylvestres, ail des ours, sabot de vénus, champignons, vieux chêne et fée papillon, nous partons, avec Paul Victor, à la rencontre de toutes les créatures qui l’habitent et qui vont transmettre à l’enfant les secrets de leur équilibre
Écrit à l’origine pour soutenir le Collectif de la forêt des Sérigons, ce conte est un appel à l’engagement pour la préservation des écosystèmes face à certains paradoxes de la transition écologique.
Une histoire pour petits et grands, avec une dédicace spéciale à tous ces jeunes « dys » dont la sensibilité particulière, souvent incomprise, est une invitation à regarder le monde autrement…
Un conte pour retrouver le sens de l’émerveillement…
Un conte pour inviter à prendre sa place pleinement dans le respect du Vivant…

 

L arbre 2 w(photographie de Zoé Lemonnier)

 

Dsc09730(photographie de Raphael Daniel. Festival Ecologie au Quotidien. Die. Janvier 2022)

 

Plus d'informations ici : Dp au pied du vieux chene (2.14 Mo)

Teaser 1 audio au pied du vieux chene (5.69 Mo)

 

ILS DISENT

 

"Ce conte est une ode au Vivant, une poésie qui régénère. Merci de la déployer ainsi. Elle est source. Nos sourires redeviennent radieux. Nos coeurs d'enfants s'épanouissent à nouveau." (Alain Dangoisse. Festival Ecologie au Quotidien. Die. Janvier 2022)

"Moment magique ! Nous entrons avec l'Enfant dans la forêt, la forêt véritable et la forêt intérieure des grâces et des obstacles. Beauté de la comédienne qui prend les personnages de façon intime et inspirée... Beauté de la musique et des chants. Un final qui reste dans mes oreilles plusieurs jours et ... Je suis l'Enfant. Une véritable reconnexion avec notre Terre Mère qui souffre et qui vit. Reconnexion avec le Viviant." (Marie Dauteuille. Festival Ecologie au Quotidien. Die. Janvier 2022)

"Un conte ! Certes il s'agit plus d'un conte. Magique ! C'est un voyage intérieur. Les mots, la musique s'harmonisent merveilleusement et nous entrainent dans notre imaginaire exprimant un futur que petits et grands voudraient tant voir se réaliser. Je vous souhaite beaucoup de succès. Merci pour votre simplicité du coeur." (Sylviane. Cité des Consciences, Paris. Avril 2022)

 

CHANT AU PIED DU VIEUX CHÊNE

(avec les voix de Veronika Viviane Dimicoli, Christine Le Roy et Nirina Ralaivola)

"Le testament de Myriam de Magdala"

Si je me tais ... les pierres crieront !"

 

une création de la Cie Folheliotrope sur un texte inédit de Jean-Yves Leloup

 

Sjmt avignon v 2 cadre(photographie de Zoé Lemonnier. Théâtre de l'Oulle. Avignon)

 

Qui était Marie-Madeleine, la Myriam de Magdala des évangiles ? Prostituée repentie, femme riche et érudite, femme mystique, Apôtre des apôtres, c’est elle que le Christ choisit comme témoin de Sa résurrection au matin de pâques.

Nous revivons avec elle ce temps des premiers disciples, avec sa soeur Marthe et son frère Lazare, Jean et puis Judas, le « traître », « qui a fait ce qu’il devait faire pour que les écritures s’accomplissent ».

Une parole poétique et moderne qui témoigne de son long cheminement vers l’Amour dans la présence de Yeshoua, le Christ, son Rabbouni.

 

Une création poétique et vivante


Du fond de l’obscurité, du fond des âges, une voix de femme se fait entendre… elle parle pour témoigner de la présence de Celui qui lui a redonné la parole et la Vie, Yeshoua, le Christ, son Rabbouni.

Commence dès lors le récit de Celle qui fut témoin du plus grand miracle de tous les temps, de Celle qui fut l’Apôtre des apôtres, Marie-Madeleine. Sur un plateau nu qui se dévoile peu à peu avec, pour seul décor, des branchages et des pierres (en référence à la forêt de la Sainte-Baume où, selon la tradition provençale, Marie-Madeleine se retira en ermite les trente dernières années de sa vie), une femme apparaît. elle est habillée de cette longue tunique et de ce voile que portaient les femmes au temps de Yeshoua. elle vient pour dire une parole nue et sa voix traverse les âges pour s’adresser à nous aujourd’hui, dans une langue poétique et moderne à la fois. elle témoigne de son pèlerinage dans la présence du Christ, de son long cheminement vers l’Amour. elle nous fait revivre ce temps des apôtres et des premiers disciples. Il faut s’imaginer ces premières assemblées de fidèles réunis dans la joie de partager la parole de leur enseigneur, des assemblées faites de fraternité mais aussi de rivalités et de discordes dans un contexte de plus en plus oppressant.

Nous marchons avec elle dans le désert de Judée, nous longeons les remparts de Jérusalem, où résonnent les accents de l’hébreu et de l’araméen dans des chants d’Amour et de louange. Cette femme qui a plus de deux-mille ans, cette femme qui a tout traversé, s’adresse à chacun d’entre nous. Nul besoin d’être moine, prêtre, théologien, d’avoir lu ni étudié les Évangiles, nul besoin d’avoir nécessairement la foi. elle nous invite très simplement à nous laisser toucher au cœur… un message d’Amour et de paix d’une brûlante actualité.

 

Sjmt avignon 4 w(photographie de Zoé Lemonnier. Théâtre de l'Oulle. Avignon)

 

La pièce fut créée au Monastère Saint-Michel du Var à l'occasion de la fête dédiée à Sainte Marie-Madeleine, le 22 juillet 2016, création suivie d'une seconde représentation au coeur de la magnifique forêt de la Sainte-Baume où, selon la tradition provençale, elle vécut les trente dernières années de sa vie dans une grotte, en ermite... 

Aujourd'hui la pièce poursuit sa route, avec de belles lumières en perspective ... 

 

Pour plus d'infos, cliquez ici : 

Cahier testament de myriam 03 2022 (11.32 Mo)

 

ILS DISENT

"Yeshoua est venu chauffer nos coeurs et nos âmes à l'Abbaye de Fontaine-Guérard. Un immense merci pour ce moment rare." (Sylvie Monpoint. Salon Hûpérion. Abbaye de Fontaine-Guérard. Avril 22)

"Myriam de Magdala est véritablement habitée et la voix du musicien nous fait vibrer et pénétrer dans un univers oriental plein de magie et d'élévation. Heureux de vous avoir accueillis". (Olivier Monpoint, Salon Hûpérion, Abbaye de Fontaine-Guérard, avril 2022)

"Gratitude infinie pour ce moment brûlant hors du temps, un torrent d'amour qui s'invite à nouveau à la Cité des Consciences pour dilater nos coeurs. Quelle grâce, cette transmission si vivante et vibrante, qui nous touche et nous transforme au plus profond. Merci pour cette soirée en communion en ce jour de célébration de la Résurrection de Lazare. Que cette parole vivante circule !" (Aurélie Chalbos, Cité des Consciences. Avril 2022)

 

 

 

 

 

 

"J'ai pas l'temps, j'suis pas comme eux"

 

une création de la Cie Folheliotrope en lien avec la Protection de l'Enfance, sur un texte de Véronique Dimicoli

 

Zl j ai pas l temps 1(photographie de Zoé Lemonnier)

 

A l"origine de cette pièce, il y a une recherche originale, initiée par Pierrine Robin, chercheuse universitaire à l'Université de Créteil : "Les jeunes sortant de la Protection de l'Enfance font des recherches sur leur monde", qui porte sur la transition à l'âge adulte après une mesure de protection, associant un groupe de jeunes sortant de la Protection de l'Enfance à toutes les étapes de la recherche. 

Le projet était de transmettre les résultats de cette recherche par le biais d'un média plus vivant qu'un rapport, accessible au grand public. C'est ainsi qu'est née cette adaptation, "J'ai pas l'temps, j'suis pas comme eux", soutenue et financée par le Conseil Général du Val de Marne pour une première représentation dans le cadre d'une journée dédiée à la restitution de la recherche, le 23 novembre 2015.

La pièce met en scène Léna, Malik et Cosmina, trois jeunes placés par l'Aide Sociale à l'Enfance, dont nous suivons les parcours au coeur de l'institution incarnée par un choeur, depuis leur placement jusqu'à leur entrée dans la "vie d'adulte".

 La pièce est produite au festival off d'Avignon en 2018, grâce au soutien de plusieurs associations de la protection de l'enfance et de Michèle Créoff qui en est la "marraine de coeur"...  Elle y est lauréate du prix Tournesol dans la catégorie "nos différences" et fait partie du top 10 des coups de coeur du club de la presse du Vaucluse.

La réalisation d'un DVD associant une captation de la pièce pour l'occasion et l'entretien de jeunes et de professionnels de la Protection de l'Enfance est en cours de réalisation.

 

Plus d'infos ici Dp j ai pas ltempsDp j ai pas ltemps (1.58 Mo)

 

 

 

(extrait musical, The Dark Side of the Choeur. Composition : Eric Dimicoli, avec les voix de Habib Dissou et Elina Dumont)

(extrait musical, Cosmina)

 

 

 

 

 

Interview cre teil 1Interview cre teil 2

Interview cre teil 3

 

Ils disent 

 

Un immense bravo pour le caractère exceptionnel de votre interprétation et de tout ce travail. Une pièce de salubrité publique !  

Olivier Noblecourt, Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes.

 

Bravo !Que de chemin parcouru depuis la création de cette pièce de théâtre juste, émouvante, pertinente. Merci de nous aider à porter les sujets de protection de l’enfance et des jeunes majeurs avec tant de force. 

Mamedi Diarra, Président de Générations d’Avenir ADEPAPE 94

 

 

 A l’origine de cette pièce, se trouve une recherche atypique puisqu’elle a été réalisée en totalité avec les premiers concernés : des jeunes ayant eu un parcours en protection de l'enfance. A partir d’un matériau dense, une quarantaine d’entretiens, la pièce présente trois parcours et surtout trois personnages qu’elle suit jusqu’à leur entrée dans la vie adulte… 
Les comédiens sont captivants, ils nous font vivre et ressentir les défis pour se construire en tant qu’individu et adulte, après un parcours en protection de l'enfance et dans une société qui ne sait pas toujours faire une place à ses jeunes. Au-delà des histoires individuelles, cette pièce témoigne, avec une grande justesse, des tensions d’un système qui protège dans l’enfance pour ensuite, dès la majorité, exiger une insertion plus complète et rapide que pour les autres jeunes. Des paroles rares qui bousculent, interrogent et surtout touchent le spectateur, qu’il soit professionnel, parent ou jeune ! 

Sylvie Delcroix, Conseillère technique, SOS Village d’Enfants France

 

Nous souhaitions comprendre comment les jeunes accueillis à l'Aide Sociale à l'enfance vivaient le passage à l'âge adulte, quand ils doivent quitter les personnes qui les ont accompagnés, les lieux où ils ont grandi pour un avenir souvent incertain, sans que le milieu familial puisse prendre le relais des institutions.
Une expérience innovante a donc été initiée ; construire une recherche sociologique dans laquelle les jeunes concernés seraient acteurs de celle-ci, en collaboration étroite avec les chercheurs universitaires. Ils se sont appelés "Les Chercheurs, Pairs".
Ces jeunes chercheurs ont été à la rencontre des jeunes de 18 à 21 ans sortant du dispositif de protection de l'enfance. Ils ont recueilli leur parole, mais surtout leur désarroi, leur souffrance, leur espoir et leur indignation.
De ces mots, Véronique DIMICOLI a construit une pièce de théâtre. Sur scène, 
5 comédiens, des histoires qui s'entrelacent, qui se ressemblent, mais aussi qui se distinguent en destins singuliers.
Des répliques, une mise en scène graphique et poétique, qui élaborent un discours pluriel interpellant de plein fouet nos institutions.
Des moments touchants, des rires, des colères, une vibration de jeunesse, d'espoir et d'exigence.
A nous de relever ces défis.

Michèle Créoff, anciennement Directrice du Pôle enfance et famille,  Conseil Général du Val de Marne, vice présidente du Conseil National de la Protection de l'Enfance

 

 

 

Un sujet rare: que deviennent les jeunes quand, à 18 ans, ils sortent du dispositif de l’Aide sociale à l’enfance ? Le passage à l’âge adulte va-t-il être une transition, une rupture, une chute ? Mise en scène rythmée, sobre (une corde symbolise le lien, étouffant ou porteur), percutante, cinq jeunes acteurs prometteurs… Cette pièce chorale de Véronique Dimicoli sonne juste, sans rien sacrifier à l’artistique. Entre angoisses, peur, détermination et rage de vivre, Léna, Malik et Cosmina nous touchent et nous convainquent de leur tendre la main.

Anne Camboulives/Club de la Presse Grand Avignon/Vaucluse

 

Img 4485 orig(photographie de Priscille Morfin)

 

 

 

Déambulation de saynètes. Dédicace de l'Eglise du Monastère orthodoxe Saint-Michel du Var.

Joie d'avoir contribué à l'écriture et à la mise en scène d'une déambulation de saynètes dédiées à l'histoire du Monastère Saint-Michel du Var, dans le cadre de la dédicace de l'église, les 29-30 septembre et 1er octobre 2017. 

Un lieu d'enracinement et d'ouverture cher à mon coeur

Mes remerciements vont à Mgr Martin et père Basile pour leur confiance, à Marianne pour son talent de costumière et de scénographe, à Eric et toutes les "petites mains" qui ont rendu tout cela possible !

ainsi qu'à tous les fidèles qui ont accepté de me suivre dans cette folle et enthousiasmante aventure : Maryah et Charles, Hannah, Sergueï, Iôanna, Marthe, Valérie, Marianna, Christine, Anne-Elodie, Cécile Marie, Elisha, Bernadette Marie, Danielle, Anne Leona, Myriam et une mention toute spéciale à notre cher Régis trop tôt né au Ciel ... 

et avec la participation exceptionnelle de Mgr Martin, père Séraphim, père Basile, père Pierre et père Pacôme... 

 

Img 2236

Img 2237

Img 2238

Img 2239

Img 2240

Img 2241

Img 2242

"Les sourires de l'enfance"

 

Après la pièce "J'ai le droit d'être un enfant" créée par les jeunes du village de Persan sur le thème des droits de l'enfant, 
c'est au tour d'un petit groupe de jeunes du village SOS de Busigny de jouer leur création. 
Leur pièce inaugure l'événement qui célèbre les 60 ans de l'association SOS Village d'enfants, le 18 juin 2016, inspirée du Jeu de l'Oie.

Pendant un trimestre, nous avons ensemble écrit et mis en scène, lors de sessions où nous vivions ensemble. Au cours de ce travail avec les jeunes, j'ai pu partager quelques moments privilégiés de leur quotidien, et, surtout, découvrir le travail accompli sur le terrain par des femmes et des hommes qui se donnent sans compter pour les accompagner, poursuivant ainsi le beau travail humaniste de transmission du fondateur de l'association, Gilbert Cotteau.

J'ai appris à connaître ces jeunes attachants et étonnants qui ont et auront beaucoup à nous apprendre...
Nous avons vécu ensemble des moments très forts d'émotions, de jeu, d'échanges,

C'est pourquoi je souhaite les remercier par cette vidéo où vous pourrez découvrir un peu de leur univers ainsi que le travail de l'association SOS Village d'Enfants qui permet à des fratries de grandir dans un cadre sécurisant et épanouissant...

 

 

 

 

"J'ai le droit d'être un enfant"

 

"... nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre, pour ne pas les blesser."

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit.

 

Durant l'année 2015, j'ai eu la joie d'accompagner 23 jeunes du village SOS de Persan dans le 95. Une aventure humaine riche d'émotions et de partages. Une commande du directeur du village SOS de Persan, de l'Association SOS Villages d'enfants, née d'une demande des jeunes de créer un spectacle pour faire connaître les droits de l'enfant. Pendant une année nous nous sommes retrouvés pour écrire et créer pendant les vacances scolaires. 

La première a eu lieu à la MJC de Persan le 10 octobre 2015 puis, à notre grand étonnement, nous avons été invités à la rejouer: à Salesches, à Busigny, devant d'autres jeunes issus de la protection de l'enfance, mais pas que... Lors d'une visite au village de Persan, Madame Rossignol, ministre des familles, touchée par ces jeunes qui lui ont parlé de leur pièce, nous invite au Ministère des Familles, le 9 mars 2016 pour une représentation exceptionnelle. Un bien beau moment ... Nous avons tiré notre révérence le 23 mars 2016 avec une dernière représentation donnée au Théâtre des Feux de la Rampe pour les partenaires de l'Association SOS Villages d'enfants... 

 

J ai le droit d e tre un enfant

Une pièce en deux parties: 

un hommage rendu en première partie au médecin et éducateur polonais Janusz Korczak (1878-1942) qui a voué sa vie à la cause des enfants. Son oeuvre et son action de précurseur dans la défense des droits des enfants à Varsovie entre les deux guerres mondiales, son activité d'enseignant et de formateur, son implication constante jusque dans l'enfer du ghetto, lui ont valu d'être considéré comme le père spirituel de la protection de l'enfance et c'est en son souvenir que sera rédigée la Convention internationale des droits de l'enfant. Janusz Korczak fera le choix de mourir aux côtés des enfants qu'il accompagnera à Treblinka.

 

Janusz korczak media print

une deuxième partie consacrée aux droits de l'enfant sous forme de tableaux mettant en scène des situations du quotidien et dans le monde où les droits sont bafoués...

 

introduction musicale de la pièce

Treblinka. (à partir de la berceuse Yiddish Amol iz geven a mayse, interprétée par Talila)

clip Hode. Hymne officiel des droits de l'enfant

 

merci du fond du coeur à Rebecca, Tom, Aba, René, Dunia, Nicky, Lija, Mouhssine, Stanislas, Stallone, Lordina, Nicole, Cécilia, Issam, Faharya, Olivia, Melvin, Jennifer, Abrao, Nicolas, Johnny, André, Foysal

à leurs encadrants Alexandra, Frédérique, Jean-Luc, Alexis

à Dominique Vial et à l'Association SOS Village d'enfants pour sa confiance

 

 

 

 

 

 

 

"Concert privé à l'Ospedalo Immaginario"

 

Ensemble baroque Les Bijoux Indiscrets

sur des textes empruntés aux témoignages d'hommes de lettres et d'historiens

dans le cadre du festival Présences Féminines

(Théâtre Liberté à Toulon, 15 mars 2013)

 

" Par la grâce d’une élégante et discrète mise en scène, les interprètes du Concert Privé à L’Ospedale Immaginario ont rendu un vibrant hommage aux femmes innombrables qui ont peuplé durant l’époque Baroque ces mêmes édifices vénitiens. Constitué pour la plupart d’orphelines, ces vénérables institutions où officièrent d’illustres compositeurs, à l’image du fameux Vivaldi, offraient à la gent féminine une formation musicale de haut vol. Étrange paradoxe lorsqu’on sait que les femmes étaient alors interdites de scène par l’Eglise catholique elle-même, vocalement mises à l’index et remplacées de la manière la plus barbare qui soit par des castrats.

 

Pour ce concert inaugural du Festival Présences Féminines, à l’exception du violoncelliste Etienne Mangot présent sur scène, touchant lui aussi de délicatesse, le plateau musical était exclusivement composé d’interprètes féminines. Au continuo et des claviers, Claire Bodin, la fondatrice du Festival, dirigeait l’ensemble Les Bijoux Indiscrets. Le timbre rond et chaleureux de la soprano Anne Magouët était magnifiquement mis en valeur, interrompu parfois par des lectures envoûtantes en forme de courriers intimes imaginaires par la comédienne Véronique Dimicoli. Au final, on regrettera juste que dans ce beau moment de poésie suspendue à la gloire de ces femmes oubliées, preuve que l’histoire de la musique est un long chemin entaché de machisme, plusieurs ouvrages aient été encore… d’origine masculine. Mais la suite du festival a fait entendre Clara Schuman et Louise Farrenc, qui composèrent malgré les hommes !"

 

ÉMILIEN MOREAU
Mars 2013

Zibeline, l'actualité culturelle en région PACA et au-delà

http://www.journalzibeline.fr/critique/ou-sont-les-femmes/

 

 

 

 


 

 

"Au Cabaret Sauvage"

texte écrit par les 4èmes du Collège Sainte-Emilie de Candé (49) dans le cadre d'une classe APAC, en collaboration avec Mickaël Chartois et les professeurs du collège, qui raconte l'histoire d'un cabaret clandestin au temps de la Résistance  (Théâtre de Candé, 2008)

 

 presse-au-cabaret-sauvage.pdf

 adieu-la-mort-m-appelle.pdf


 

 

« Le Prophète » de Khalil Gibran,

adaptation de Francescù Raffaelli, Théâtre du Partage (Le Chat Noir, Paris, 2007)

avec

Francescù Raffaelli (le prophète)

Elena Odessa Ray (Almitra)

 

Lumières: Julien Apremont

Costumes: Esseline Allen

 

le-prophete.jpg

 


 

 

« Papotages » de Stephan Hersoen et Véronique Dimicoli

Cie Regards du Monde et la troupe des jeunes comédiens Les Scênofils (Théo Théâtre, Festival des Bonimenteurs, Paris, 2007)

blog de la pièce avec toutes les informations, cliquer sur le nom: 

Papotages Théâtre

 

papotages-2.jpg
 

 


 

 

« Dites, c’est encore loin, l’Aulide ? »  de Véronique Dimicoli

en collaboration avec Vincent Rivereau et les jeunes comédiens de la classe option théâtre des terminales du Lycée Sainte-Marie (Cholet, 2007)

 

(I Poni Tis Panaghias. Lamento de Marie. poème de K. Varnalis. Musique et voix: Angélique Ionatos)

 

blog de la pièce avec toutes les informations, cliquer sur le nom:

Dites, c'est encore loin, l'Aulide ?

 

0001-2.jpg
(© Véronique Dimicoli)

 

 



 

« Valsansretour.com », comédie musicale de Véronique Dimicoli

Cie Nuits Blanches (Théâtre Municipal de Cholet, 2001)

musique: Thierry Jamard

chorégraphies: Laurence Dubois et Cécile Boussion

scénographie/effets spéciaux: Patrick Lucas
Lumières : Patrick Lucas
création des images virtuelles: Boris Foucaud
costumes: élèves du Lycée de la Mode de Cholet

 

affiche-vsr-1.jpeg

 

extrait: Chanson des Cyberlutins

extrait: Dans ma barque

(paroles: Véronique Dimicoli / musique et voix: Thierry Jamard)

cliquer ici pour d'autres extraits :

valsanretour.com

 presse-valsansretour-com-1-1.pdf 


 

 

 « Athanor », « Docteur Jekyll et Mister Haydn », opéras musicaux pour enfants de C.H. Joubert

(Festival musical de l’Aubance, 1993-95)

 

 


 

 

« Les Choéphores » d’Eschyle, traduction et adaptation de Véronique Dimicoli

Cie Electre (Théâtre Municipal de Saint-Barthélémy, Théâtre Jean Vilar d'Angers, 1992)

décor, conseiller technique et réalisation: François Cotillard

costumes: association Travail Bleu

Musique: Boris Foucaud

chorégraphie: Laurence Dubois

coiffure: Véronique Sorin

 

affiche-choephores-1.jpeg

 presse-choephores-1.pdf

 presse-choephores-2.pdf

 

... ainsi que diverses pièces et créations dans le cadre d’ateliers théâtre pour jeunes et adultes dont « Platonov » et « Le Songe d’une nuit d’été »